Association pour la préservation de la biodiversité en Amazonie péruvienne

Concession Yanayacu Maquia

La Concession de Conservation Yanayacu-Maquia est défendue par une amazonienne


Lotty Morey vit en France depuis 30 ans. Ses origines et le constat, à chacun de ses voyages, de la dégradation de plus en plus intense de la forêt, la motivent à protéger un espace amazonien. _ En 2004, Lotty Morey fait la demande d’une concession de conservation. _ En 2006, à l’issue d’une longue bataille juridique et administrative, elle obtient la concession d’un territoire de 40 000ha, afin de le protéger de la déforestation menée par d’importantes sociétés marchandes de bois et d’hydrocarbures (2 concessions chevauchent le territoire : une concession d’hydrocarbures et une concession d’exploitation forestière). Elle crée l’association Biodiversité Amazonienne. Contrat de Concession N° CON/CON- J001-006 INRENA entre la titulaire, Lotty Morey, et le gouvernement péruvien pour 40 ans renouvelables. Aujourd’hui, le territoire est surveillé par des gardes forestiers, des scientifiques européens et péruviens font des inventaires sur le site. 4 expéditions ont été réalisées pour répertorier la faune et la flore de la Concession. Le système de concession au Pérou : Suivant les instances internationales de Conservation Environnementale, le Pérou décide d'associer la société civile à la gestion d'aires protégées. Le Pérou maintient 13% de son territoire national en aires de protection naturelle, mais de grands intérêts financiers sont en jeu. En 2002, selon l'article 68 de la Constitution politique établi que l'état est dans l’obligation de promouvoir la conservation de la diversité biologique. D’importantes sociétés de marchands de bois et des sociétés d'hydrocarbures voient mal que le Pérou suive les recommandations des organisations mondiales en reconnaissant l'initiative privée comme une façon d'associer la société civile à la gestion des aires protégées.

Vers une extension de la concession


La Concession est en voie d’extension pour préserver un territoire de la forêt amazonienne de presque 100 000 hectares (soit 10 fois la surface de Paris) afin de rendre le projet de conservation plus viable écologiquement. Cette extension permettra de conserver la zone d'amortissement de Pacaya Samiria (2° réserve nationale du Pérou en taille). Elle permettra également de conserver les embouchures des 2 rivières (Yanayacu-Maquia) et une troisième rivière, le fleuve Romayna, qui prend naissance dans la concession. Ce fleuve est riche en poissons emblématiques d'Amazonie, paiche {(Araipama gigas),} carachamas {(Liposarcus multiradiatus)}, arahuana {(Osteoglo bicirhosum)}, espèces en liste rouge au UICN[[Selon l'UICN, le rapport 2007 est inquiétant, car la vie sur terre disparaît rapidement et continuera de disparaître si des mesures ne sont pas prises de toute urgence. L’expérience montre que les programmes de conservation peuvent donner de bons résultats.]]. Le programme de conservation de la concession régulera l'activité humaine, principal facteur de fragilisation des espèces, en la contrôlant et en l’orientant vers un usage équilibré et suivi scientifiquement, des ressources aquatiques.

Premier repérage des lieux - 2004


carte officielle de la concession


Extention CCYM


Petit déjeuner avec l'équipe -mars 2006


A la recherche d' un espace à conserver,
novembre 2004