Association pour la préservation de la biodiversité en Amazonie péruvienne

Reforestation : carnet de route

Le projet reforestation de 30 000 arbres dans la réserve est opérationnel depuis le début du mois de mai. La crue étant très haute cette année, nous ne pouvions pas commencer avant. Nous avons constaté qu'il nous fallait plus de temps pour convaincre certaines familles sur l'intérêt du programme pour eux et pour l'Amazonie. Malgré ça, nous ne sommes pas en retard au regard du planning des plantations. Maintenant des familles des communautés voisines de la réserve viennent voir les 2 équipes techniques pour rentrer dans le programme, malheureusement ça ne pourra pas être tout le monde. Nous sommes déjà a 20 700 plantons en pépinière, 755 pousses déjà replantées et nous avons identifié les familles et des terrains pour arriver aux objectifs fixés pour cette année. Nous observons aussi que ce programme pour qu'il soit une vraie réussite doit être familial, avec les parents et les enfants impliqués.

Vendredi 4 mai


Jared, le technicien et moi même, partons vers la CCYM en avionnette depuis la ville de Tarapoto (haute Amazonie). Cette premier étape du voyage devait nous conduire rapidement vers le village de Contamana sur le rio Ucayali, affluent principal du grand Amazonas. L'avionnette devait nous faire gagner du temps, peine perdue ! l'appareil s'est posée 2 heures après le passage du bateau que devait nous acheminer. Coup de chance il y avait une vedette rapide, elle était pleine mais j'ai durement insisté pour qu'on nous trouve deux places. Le fait de dire que nous allions planter 30 000 arbres nous a valu nos sièges. Le maire d'un village se trouvant dans l'embarcation et écoutant mon récit, me demande de lui rendre visite à son canton et dit que sa commune a trois mille hectares à reforester, toujours dans les rives de l'Ucayali. Malgré l'avionnette et la vedette rapide, nous arrivons à Mahuizo (une de portes d'entrée de la CCYM) le dimanche 6 mai.

Lundi 7 mai


: réunion de l'équipe de la CCYM avec la Communauté de Santa Lucía, située sur les rives du lac Chonta. Nous parlons avec Grimaldo Isuisa, représentant du village pour un rendez-vous avec tous le villageois vers 7H du soir. A la réunion il n'y a que 6 familles qui se présentent sur les 30 existantes. Aucune famille n'accepte le programme de reforestation bien qu'ils trouvent l'idée intéressante. En ce moment il y a beaucoup de poissons en quantité et en variétés dans le lac. Ils disent gagner entre 150 et 200 soles (40/60 €) par jour en péchant et en vendant du poisson frais et salé. Mais, ils savent aussi que cette aubaine ne dure que quelques jours.

Mardi 8 mai


: les gardes forestiers, le technicien et moi revenons à Mahuizo pour proposer le programme de reforestation a quelques familles que j'avais déjà remarquées depuis quelques années, pour leur assiduité au travail dans leurs chacras ''lopins de terre'' et par leur prise de conscience sur notre action de conservation. Ils acceptent avec beaucoup d'enthousiasme le projet. Nous réunissons les familles pour une explication : nettoyage sur les parcelles, remplissage de sacs, jalonnage, recherche de plantons natifs du lieu, mise de plantons dans les trous définitifs, organisation, avantages et calendrier. Les explications de Jared sont faites en place publique, devant quelques curieux et les commentaires font leur apparition :{ Doña Lotty va vous faire travailler, une fois les arbres plantés elle va vous prendre votre terrain!.}

Mercredi 9 mai


: Nous partons vers l'autre rive de la CCYM, coté rio Maquía pour proposer le programme aux deux villages qui sont situés dans la Concession. Nous partons de la maison forestière du lac Chonta vers 13 H, nous nous arrêtons dans le village Selva Alegre et Florida, communautés adjacentes à la CCYM pour s'entretenir avec les professeurs de leur école en vue de reforester avec les enfants. Malheureusement nous n'avons trouvé aucun professeur à son poste. La crue étant très importante cette année, l'année scolaire n'avait pas encore démarrée, alors qu'il fallait commencer les classes au mois de mars. Nous sommes arrivés dans la maison forestière coté rio Yanayacu vers 18H ; il fait nuit noire, un serpent nous attends juste en descendant du canoë. Jorge un des gardes veut le prendre mais il s'aperçoit que c'est un serpent qu'ils n'ont jamais vu et ils veulent le tuer, je le leur interdit. Nous passons la nuit sur place et le lendemain vers 5H du matin nous prenons le canoë vers la route du Maquía.

Jeudi 10


: Arrêt dans la communauté Tres Unidos, sur les rives de l'Ucayali pour se restaurer, acheter de vivres et surtout du combustible. Dans l'après midi nous arrivons à Trece de Mayo, communauté adjacente à la CCYM. Les 3 familles à qui on explique le programme, s'y intéressent, ils veulent commencer rapidement mais nous devons encore remonter la rivière Maquía pour arriver aux villages de Buena Vista et El Rayo.

Vendredi 11


: étant donné que les familles habitent éparpillés le long de la rivière Maquía et quelques unes dans le village, nous commençons la tournée tôt le matin pour prévenir pour la réunion du soir vers 19H.. Ils acceptent. Le soir, avec les milliers de moustiques qui nous accompagnent nous ouvrons la réunion précédés par le représentent de Buena Vista. La chaleur est presque insupportable et surtout que nous toussons en avalant les moustiques le temps qu'on propose le programme. Notre surprise est énorme, personne ne veut céder ses lopins de terre pour reforester, il y a des commentaires, les gens se questionnaient. Nous avons du répéter plusieurs fois en quoi consistait ce programme. Trois familles acceptent timidement. Nous avons une liste des arbres à proposer en fonction de sa survie en zone inondable et aussi en fonction du bénéfice commercial de l'arbre.

Samedi 12


: Un vieux couple qui n'était pas à la réunion nous rend visite et nous dit être très intéressés par notre proposition. Nous savons que cette année ils ont coupé du bois pour le vendre, alors que c'est interdit, ils sont très actifs dans leurs chacras. Ils ne se mélangent pas beaucoup avec les autres villageois qu'ils considèrent faignants et voleurs.

Lundi 14


: Vers 8 heures du matin l'équipe arrive au village pour prendre 9 personnes dans notre canoë à moteur et les amener travailler dans la chacra de Abel Macedo. Il n'y a pas problème pour le travail comme main d'œuvre, ils sont presque tous partant. Jared les organise : 4 personnes pour nettoyer la chacra et 5 autres pour la préparation de la terre. Tout suite je remarque l'oisiveté de 3 éléments.

Mardi 15


: Toujours avec les 9 personnes, nous finissons le remplissage de sacs et le jalonnage. Il n'est que 14H et je leur demande de finir le nettoyage de la chacra. Presque tous disent que, dans le coin ils travaillent jusqu'à 14H, qu'ils ne continueront pas jusqu'à 15H30 comme on avait prévu ensemble. Je ressent du malaise face à cette opposition et je ressort le discours du programme et le bénéfice pour eux et pour l'Amazonie. Il y a de la résistance, pareil de mon coté. Ils finiront par travailler jusqu'à 15H30.

Mercredi 16


: du coté en face de la rivière il y a le terrain de Walter, la personne leader du village, qui s'exprime facilement et perturbateur au sein du groupe vis à vis du travail. Jared connaît maintenant la tâche dans laquelle chaque journalier pourra être le plus performant : soit au remplissage des sacs, soit en cherchant et coupant les batons pour faire l'alignement, ou soit en nettoyant la chacra.

Jeudi 17


: départ vers la communauté Tres Undidos pour se ravitailler.

Vendredi 18


: mauvaise nouvelle. La veille, l'équipe de journaliers entrainés par Walter n'ont presque pas avancé dans le nettoyage, ils demandaient au motoriste si j'avais vraiment les moyens pour les payer. Je me débrouille pour ne plus travailler avec Walter, également avec 2 frères insolents et faignants. La préparation de la chacra se fera avec 3 personnes de moins.

Samedi 19


: Abel et sa famille sont très contents avec le résultat de leur parcelle travaillé, ils arrosent les capinouris,(Maquira coriacea) aguajes (Mauritia fleuxosa) ubos (Spondias monbin), soit dans les sacs ou directement dans le trou définitif. Tous sont contents, c'est jour de paye.

Dimanche 20


: Wilser un de journaliers, dit vouloir rentrer dans le programme. Nous partons tout suite voir sa parcelle, elle est intéressante, entourée de forêt primaire et doit faire 1.5Ha. Cette parcelle est près de celle d'Abel, et en face de Walter, ces distances courtes entre une parcelle et une autre facilitera le suivi et monitoring.

Lundi 21


: Un groupe de journaliers s'occupent de la parcelle de Wilser et un autre groupe de la parcelle de doña Helia qui voudrait planter du cacao et de l'aguaje.

Mercredi 23


: départ vers la communauté de Juancito à 7 heures de canoë en partant de Buena Vista pour réceptionner l'évaluateur du programme M. Dumas, il n'arrivera que 30H plus tard.

Jeudi 24


: Journée à Juancito..... accueil et installation de l'évaluateur du programme, Maïkov DUMAS de Up2green reforestation.

Vendredi 25


: départ vers la CCYM avec arrêt dans la communauté Trece de Mayo. Ils veulent commencer rapidement la reforestation, ils sont motivées mais nous avons une priorité avec les familles de 2 villages qui se trouvent dans la Concession.

Samedi 26


: Visite de parcelles où ont commencé les travaux puis visite de la communauté El Rayo pour la deuxième fois pour proposer le programme.

Dimanche 27


: Départ vers la rivière Yanayacu avec arrêt et visite dans les parcelles de Trece de Mayo

Lundi 28


: Arrivée et installation dans la maison du lac Chonta.

Mardi 29


: Aller et retour dans la communauté Mahuizo pour visiter des parcelles de familles impliquées dans le programme. Ces derniers jours le chemin est parcouru à pied. A mon arrivée début mai, le déplacement se faisait en canoë ce qui a permis d'acheminer le matériel sans trop de difficulté

Mercredi 30


: départ le soir en bateau de ligne vers la ville de Iquitos.

Samedi 2 juin


: arrivée à Iquitos à 2H30 du matin. L. Morey


maison forestière Lac Chonta


commaunauté 13 de Mayo



parcelle d'Abel et plantule d'aguaje


Famille de santa Lucía