Association pour la préservation de la biodiversité en Amazonie péruvienne

Le programme de reforestation

Le programme reforestation de 30 000 arbres suit son cours, les plantons de différentes espèces poussent en pépinière, ils y resteront jusqu’à début septembre, moment où ils seront plantés au sol.

Méthodologie employée


L’objectif est de reforester les « purmas ». La purma est une terre, souvent à proximité des berges du fleuve , qui bénéficie des alluvions apportés par la rivière. Elle a été préalablement défrichée, puis cultivée pendant un an ou deux. Elle est alors laissée 3 à 4 ans en repos pour être à nouveau cultivée. Des plantes annuelles comme le maïs, le manioc, la banane ou encore le tabac y sont cultivées. A cause de leurs exploitations successives, ces terres deviennent pauvre en biodiversité : les grands arbres ont été abattus et des mauvaises herbes ou des espèces héliophiles sans véritable intérêt écologique repoussent de façon désordonnée. Biodiversité Amazonienne a donc pour intention de reforester ces terres pour y planter des espèces intéressantes d’un point de vue écologique, économique et alimentaire pour le besoin des populations mais aussi en vue de conserver un espace remarquable. Cette démarche permet aussi de créer des futures zones de prélèvement pour les fruits et le bois et ainsi diminuer l’impact sur le reste de la concession. Plusieurs personnes sont sollicitées pour une même parcelle ou pépinière. Le projet a été proposé aux habitants lors de réunion, ou individuellement lorsqu’il se sont présentés spontanément. Une pépinière par participant est mise en place. Ce travail consiste en la préparation d’un substrat léger pour remplir les sacs et d’une armature en bois couverte de feuilles de palmiers pour procurer de l’ombre aux jeunes plants. Le nombre de sacs initialement prévu par bénéficiaire est de 1000/1500. Les sacs doivent ensuite être remplis par de jeunes plants, à l’exception du cacao qui a été germé en graine. Les plantules proviennent d’arbres mère qui ont été déterrées pour être mises en sac. L’ approvisionnement en plantules a été fait dans les zones forestières les plus proches pour minimiser les distances et le temps entre la sortie de terre de la plantule et sa transplantation en pépinière. La méthode employé permet permet d’accélérer la production de plants sans passer par les phases de germination et de croissance. Cette méthode de transplantation requiert que les plants soient transportés avec leur terre d’origine et repiqués le plus rapidement (dans les heures qui suivent) pour que les racines soient permanent avec l’humidité. Les parcelles seront alors « modélisées ». Des bâtons sont coupées pour identifier les futurs emplacements des arbres. 700 arbres sont prévus à l’hectare et 1000 dans le cadre du cacao qui supporte une densité plus élevé. Les arbres seront disposés de façon à ce que les espèces soient intercalées.

Choix des espèces


La répartition des espèces varie selon les bénéficiaires et les lieux. Elles sont choisies en fonction de leur résistance aux inondations et doivent être plantées dans des zones majoritairement inondables. Cependant, certains habitants bénéficiaires possèdent des terres plus en hauteur, ce qui laisse davantage de choix pour la sélection des espèces. Des espèces d'arbres mélifères sont aussi plantées avec l'objectif précis d'attirer les abeilles et rendre les plantations plus productives.

Purmas de Mahuizo et 13 de Mayo
à nettoyer avant reforestation
(communautés adyacentes à la CCYM)


Préparation de pépinière


Recherche de plantules